L’Iran et l’inspecteur de l’ONU parviennent à un accord sur les caméras dans les installations nucléaires.

Cette mesure est considérée comme essentielle pour préserver les négociations nucléaires et la levée des sanctions américaines.

L’Iran et l’inspecteur des Nations unies sont parvenus à un accord sur la réinstallation imminente de caméras dans l’installation nucléaire de Karaj, une mesure jugée indispensable pour maintenir en vie les négociations nucléaires plus larges et la levée des sanctions américaines contre Téhéran.

Un accord sur la surveillance

Ces négociations semblent ne tenir qu’à un fil si l’on en juge par la série de commentaires négatifs émis par les diplomates européens lors de l’examen de l’état d’avancement des pourparlers au Conseil de sécurité des Nations unies, mardi.

Les anciennes caméras de Karaj avaient été retirées par l’Iran pour être examinées après ce que Téhéran a présumé être une attaque israélienne contre l’installation en juin. L’Iran soupçonnait que les caméras avaient été piratées par Israël, qui n’a pas confirmé avoir attaqué l’installation.

L’inspection nucléaire de l’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré que les caméras, qui seront installées dans les prochains jours, remplaceront celles qui ont été retirées au début de l’année. Elle a décrit l’accord comme « un développement important pour les activités de vérification et de surveillance de l’AIEA en Iran ».

Rafael Grossi, le directeur général de l’AIEA, a déclaré : « Il nous permettra de reprendre la nécessaire continuité des connaissances dans cette installation. J’espère sincèrement que nous pourrons poursuivre nos discussions constructives pour également aborder et résoudre toutes les questions de garanties en suspens en Iran. »

L’installation de caméras

En vertu du nouvel accord, l’agence réinstallera des caméras pour remplacer celles qui ont été retirées de l’atelier de Karaj et réalisera d’autres activités techniques connexes avant la fin du mois de décembre, à une date convenue entre l’agence et l’Iran. La Russie a particulièrement insisté pour que l’Iran conclue un nouvel accord avec l’AIEA.

Afin de rassurer l’Iran sur le fait que les caméras ne peuvent pas être utilisées par des saboteurs, l’AIEA « mettra également à la disposition de l’Iran un échantillon de caméra et les informations techniques connexes pour analyse par ses responsables de la sécurité et de la justice, en présence des inspecteurs de l’agence, le 19 décembre ».

L’accord conclu mercredi a suscité quelques critiques dans les milieux conservateurs iraniens, certains le décrivant comme une concession inutile, mais des personnalités progouvernementales ont déclaré que l’accord éliminait toute excuse de l’Occident pour ne pas négocier sur l’ordre du jour plus large à Vienne.

Les émissaires des Nations unies, des États-Unis et de l’Europe ont déclaré que les pourparlers arrivaient rapidement à leur terme et qu’ils ne permettraient pas à l’Iran de faire obstacle aux négociations.

%d blogueurs aiment cette page :