Un auteur américain va faire don de son prix de 10 000 livres sterling en raison du rôle de son sponsor dans la crise des opioïdes.

Le journaliste d’investigation Patrick Radden Keefe va donner l’argent de la sélection du livre d’affaires de l’année à une œuvre de charité en raison de l’implication de la société McKinsey.

L’écrivain américain Patrick Radden Keefe a déclaré qu’il allait faire don des 10 000 £ qui lui ont été attribués par un prix du livre dont le sponsor a contribué à vendre l’analgésique opioïde OxyContin.

Un livre d’investigation

Le livre d’investigation accablant de Radden Keefe, Empire of Pain, traite de la crise de la dépendance aux opioïdes, en mettant l’accent sur le rôle de la famille Sackler. Il était l’un des six auteurs présélectionnés pour le prix, sponsorisé par le cabinet de conseil McKinsey, dont cinq, dont lui, ont reçu chacun une récompense de 10 000 £.

S’exprimant jeudi sur Twitter au sujet de cette « ironie », le journaliste et auteur du New Yorker a posté une photo de lui lors de la cérémonie de remise du prix du livre d’affaires de l’année 2021 du Financial Times/McKinsey à la National Gallery de Londres, en montrant un panneau indiquant « The Sackler Room ». La société des Sackler, Purdue Pharma, a vendu l’analgésique OxyContin, qui aurait alimenté la crise des opioïdes aux États-Unis.
Dans un autre tweet, Keefe a écrit que « si vous lancez une brique dans le monde de l’art londonien, vous tomberez sur une salle Sackler », car la famille était de fervents défenseurs de l’art et faisait des dons généreux à de nombreuses galeries de premier plan.

Des conseils pour booster les ventes

Ce qui est plus ironique que le fait que la cérémonie se déroule dans une salle voisine de celle qui porte le nom des Sackler, poursuit-il, c’est qu’il a été sélectionné pour un prix parrainé par McKinsey & Company. Cette société de conseil avait déjà conseillé les Sackler et Purdue sur la manière de « booster » les ventes d’OxyContin et, en février, elle a accepté de payer près de 600 millions de dollars pour son rôle dans la crise des opioïdes.

Cela « a donné lieu à des émotions assez fortes », a déclaré Keefe. « D’un côté, cela signifie beaucoup pour moi de voir ce livre reconnu. D’autre part, je ne pouvais pas participer à ce charmant dîner de gala sans reconnaître au moins l’éléphant proverbial. »

Il a choisi de faire don de l’argent qu’il a reçu en tant qu’auteur présélectionné à l’organisation caritative Odyssey House, qui aide les personnes à se remettre de l’abus de drogues et d’alcool.

L’écrivain, qui a remporté le prix Baillie Gifford de la non-fiction en novembre, a perdu le prix du livre d’affaires de l’année au profit de Nicole Perlroth, dont le livre gagnant, This Is How They Tell Me The World Ends, traite de la course aux armes cybernétiques.

M. Keefe a tenu à souligner que, selon lui, le jury était « 100 % indépendant » et n’était en aucun cas influencé par le sponsor du prix.

%d blogueurs aiment cette page :