Une ville chinoise offre de l’argent pour des indices alors que l’épidémie de Covid est déclarée « guerre du peuple ».

Les autorités ont annoncé des récompenses de 100 000 yuans (15 640 dollars) pour les habitants de Heihei, en précisant que la chasse illégale ou le franchissement de la frontière devaient être signalés.

Les habitants d’une ville chinoise frontalière de la Russie se sont vus offrir d’importantes récompenses en espèces pour des informations sur l’épidémie persistante du Delta, les autorités locales ayant déclaré une « guerre populaire » contre le virus.

Les autorités ont annoncé l’octroi d’une récompense de 100 000 yuans (15 640 dollars) aux habitants de Heihei, dans la province du Heilongjiang (nord-est), alors que le nombre total de cas de cette épidémie a atteint 240.

« On espère que le grand public pourra coopérer activement à la recherche du virus et fournir des indices pour l’enquête », indique la déclaration.

Selon les médias d’État, les autorités ont exhorté les habitants de la ville frontalière à signaler immédiatement tout cas de chasse illégale, de contrebande d’animaux ou de personnes traversant la frontière pour pêcher. Ils ont également prévenu que des sanctions sévères seraient appliquées aux personnes qui dissimuleraient intentionnellement des informations pertinentes.

La commission chinoise de la santé a signalé 62 autres cas symptomatiques transmis localement lundi, et 43 mardi, s’ajoutant aux plus de 940 cas enregistrés dans au moins 20 provinces au niveau national depuis octobre, dans la pire épidémie du pays depuis Wuhan début 2020.

Le gouvernement s’est engagé à appliquer la stratégie « Covid zéro » et déploie un éventail de mesures de plus en plus large pour tenter d’éliminer à nouveau le virus de la communauté.

Les autorités de la province du Henan ont déclaré qu’elles allaient « attraper et tuer » le virus en une semaine. Le secrétaire provincial du parti, Lou Yangsheng, a promis d’étendre les mesures de confinement et de recherche des contacts si nécessaire.

Les autorités de Chengdu ont élargi les mesures et les ordres de traçage, et auraient identifié certaines personnes si leurs téléphones portables passaient par la même tour de téléphonie mobile sur une période de 14 jours.

Cette mesure, baptisée « chevauchement spatio-temporel », classe une personne comme contact proche si le signal téléphonique est passé dans un rayon de 800 mètres carrés pendant plus de 10 minutes, ou si les deux parties ont passé au moins 30 heures dans la zone identifiée sur une période de deux semaines.

Selon cette méthode, les autorités ont ordonné à quelque 82 000 personnes qui s’étaient rendues dans un immense complexe commercial de se soumettre à un test de dépistage, puis de s’auto-isoler. Des séquences vidéo ont montré des personnes escaladant des clôtures pour échapper aux tests obligatoires.

Au début du mois, les autorités ont fermé le parc Disneyland de Shanghai et testé tous les visiteurs à l’intérieur après qu’un visiteur précédent ait été diagnostiqué avec la maladie.

L’épidémie se poursuivant, les responsables de la santé ont appelé à une accélération des rappels et des vaccinations des enfants.

Wang Qinghua, immunologiste en chef des centres chinois de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré que l’on pensait auparavant que les enfants étaient peu affectés par le Covid-19, mais que la situation avait changé avec la mutation du virus.

« Nous avons constaté une augmentation des infections chez les enfants, avec des taux de maladie grave et de mortalité dépassant ceux de la grippe dans certains pays … et le taux d’hospitalisation des enfants est maintenant plus de 10 fois supérieur à celui du début de l’année », a-t-il déclaré, selon les médias d’État.

Selon le Global Times, les autorités sanitaires se sont fixé pour objectif de vacciner tous les enfants éligibles âgés de 3 à 11 ans avant la fin de l’année. Plus de 3,5 millions de doses ont été administrées à ce groupe d’âge jusqu’à présent, selon les données du gouvernement. Les vaccinations sont volontaires en Chine.